Miniature blog siview

L’intelligence artificielle dans le monde de la santé visuelle.

Partager l'article :

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn Send by email

L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE EN SANTÉ, COMME AIDE AU DIAGNOSTIC DANS L’EXAMEN DE VUE. COMMENT PROGRESSE T’ELLE ?

“Artificial Intelligence in the World of Visual Health”

L’intelligence artificielle prend plusieurs formes et a déjà trouvé sa place dans le domaine de la santé. Ce que nous voyons maintenant n’est que le début.

Abinaya Venkatararam du Karolinska Institutet à Stockholm a abordé le sujet de l’intelligence artificielle en optométrie, suscitant un débat sur le thème avec des acteurs clés de l’industrie.

L’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique qui reproduit des fonctions cognitives ne sont pas entièrement nouveaux, mais sont en fait utilisés depuis 1950. Dans notre secteur, des solutions sont utilisées pour la réfraction, le contrôle de la myopie et le diagnostic des maladies oculaires. Des chatbots répondant aux questions sur la santé oculaire sont également utilisés. L’IA vise à simuler l’intelligence et le comportement humains, et l’apprentissage automatique apprend à partir des données qui lui sont fournies, effectuant des tâches sans instructions explicites supplémentaires.

Le « deep learning » est lorsque les systèmes peuvent apprendre par eux-mêmes. L’IA en santé oculaire évolue rapidement. Elle utilise largement des techniques d’imagerie multimodale et des marqueurs d’objets, que ce soit pour détecter des erreurs de réfraction, diagnostiquer et surveiller des maladies oculaires. La réfraction subjective automatisée s’est avérée plus rapide qu’un opticien, relativement précise et peut être d’une grande aide. La précision de ces systèmes s’améliore constamment. Cependant, la réfraction est plus que la recherche d’une correction de lunettes, et de nombreux autres facteurs doivent être pris en compte. Dans le cas de la myopie, l’IA peut être utilisée pour le dépistage précoce, l’évaluation du développement de la myopie, les stratégies de contrôle et le suivi. L’IA s’est révélée utile pour identifier les enfants à risque de développer une forte myopie et peut être utile pour l’ajustement des lentilles OrtoK. Elle peut fournir des évaluations précises des paramètres pour les premières lentilles d’essai, comparées à la méthode traditionnelle.

Pour les maladies oculaires telles que la rétinopathie diabétique, le glaucome et la dégénérescence maculaire, la qualité des images est cruciale pour que l’IA fonctionne. Avec le vieillissement de la population, il y a un besoin pressant de diagnostics et de traitements précoces, et l’IA trouve également sa place dans la cataracte, comme l’a expliqué Abinaya Venkatararam à l’audience de Kongsberg sur grand écran. Pour de telles conditions, des bases de données d’images importantes sont nécessaires pour entraîner et tester les algorithmes. Jusqu’à présent, ces algorithmes ont une précision d’environ 90 %.

« La réfraction est plus que la recherche d’une correction de lunettes, et de nombreux autres facteurs doivent être pris en compte. »

Limites et défis.

L’IA jouera un rôle majeur dans le futur de la santé oculaire. La plus grande difficulté sur le plan clinique concerne les données entrées : reflètent-elles l’ensemble de la population ou sont-elles trop restreintes ? Des études supplémentaires et davantage de travail d’approbation sont nécessaires. Plus de données provenant de la population sont nécessaires. L’IA ne trouve pas ce qu’elle ne cherche pas, c’est pourquoi l’évaluation humaine est également importante. L’IA sera un puissant outil en optométrie, mais ne remplacera pas tout. Le chercheur a également lancé un avertissement : soyez prudent sur l’endroit où vous stockez et partagez vos images.

Débat : Quel avenir pour les outils d’aide à la décision avec IA ?

Voici quelques points abordés par les participants lors du débat qui a suivi sur l’intelligence artificielle dans l’industrie de l’optique. Tina Alvær de l’industrie de l’optique était préoccupée par la rapidité du développement et soulignait que l’industrie devait suivre le rythme. Elle avait elle-même une expérience approfondie de l’utilisation d’assistants en provenance d’Angleterre. Il s’agit en grande partie de l’analyse. Elle doit être effectuée par l’opticien, et cela peut rendre la vie quotidienne des opticiens plus excitante. Svein Tindlund, qui occupe un poste de direction chez Specsavers en matière de développement professionnel, a suivi de près le développement. Ce qu’il a vu en termes de solutions il y a deux ou trois ans n’était pas suffisant, mais la technologie qui est maintenant disponible est tout à fait différente. Il a souligné que la technologie permettant de déléguer certaines parties de la réfraction rendrait le travail des opticiens moins routinier. À son tour, cela peut rendre plus attrayant le fait de rester opticien, a déclaré Tindlund, qui a lui-même quitté l’industrie de l’optique pendant un certain temps car cela devenait trop routinier.

Appuyer sur les boutons ?

Lotte Guri Sten de la formation en optométrie à l’USN (University of South-Eastern Norway) craignait que nous ne soyons en train de créer un nouveau groupe d’opticiens qui ne seraient que des réfractionnistes :

  • Est-ce si simple à utiliser que n’importe qui peut utiliser la technologie ? a-t-elle demandé, soulignant que l’anamnèse est importante. Lorsque l’on commence la réfraction, on obtient beaucoup d’informations rien qu’avec les réponses du patient.

Svein Tindlund a souligné qu’une partie de la technologie est développée pour le marché asiatique et ne convient pas nécessairement parfaitement au Nord. Les machines et les logiciels ont leurs limites, mais il est important que les étudiants voient davantage ces systèmes et les connaissent.

Tina Alvar a déclaré qu’il était important de créer de bonnes conditions d’utilisation et qu’à la fin, c’est l’opticien en tant que professionnel de la santé qui est responsable. L’analyse d’images sera de toute façon de plus en plus répandue, comme on le voit déjà dans plusieurs hôpitaux locaux. Lotte Guri Sten estimait qu’il était important que les nouveaux opticiens reçoivent d’abord une expérience clinique, et qu’il devrait également y avoir des lignes directrices cliniques pour l’utilisation de l’IA.

Qu’en est-il de la délégation ?

  • La délégation est un outil pour rendre les choses plus efficaces, a déclaré Svein Tindlund. Le temps gagné permettra aux opticiens de travailler davantage sur la santé oculaire et moins sur des tâches routinières.

Il a souligné que la délégation est un choix personnel. On ne peut pas être obligé de déléguer. Une réflexion critique doit être exigée, et il est important pour les opticiens de comprendre la législation à ce sujet. Les propriétaires de magasins doivent également le faire. Il doit également y avoir une évaluation de la qualité clinique si l’on choisit de déléguer des tâches. L’opticien doit avoir des connaissances et fixer des limites pour savoir quand utiliser l’outil ou non.

Que fait l’industrie de l’optique pour les que les entreprises assument leur responsabilité, a demandé l’animateur Bente Monica AAKRE ?

  • C’est complexe. Le droit de direction de l’employeur est unique. La législation sur la santé en Norvège est large, c’est le principe de la sécurité qui prévaut. Les autorités ne veulent pas revenir à une réglementation des opticiens qui dicte ce que vous avez le droit de faire.

Il faut également tenir compte des considérations économiques en tant que propriétaires d’entreprise, a déclaré Tina Alvar.

Jon Gjelle du Comité professionnel de la NOF et de Specsavers a déclaré que nous devons bien faire les choses lors de la mise en œuvre :

  • Les algorithmes fonctionnent sur ce pour quoi ils ont été formés, mais il y a eu plusieurs exemples horribles où les choses ont mal tourné. Nous avons peu de données sur les minorités, il y a peu de recherche nordique sur lesquelles baser les données, par exemple sur les Samis. Tina Alvar était d’accord sur le fait qu’il était important d’utiliser une IA conçue pour les yeux norvégiens et de savoir sur qui les algorithmes ont été testés.

Hans Torvald Haugo de la NOF a participé à la dernière partie du débat et a expliqué qu’au sein de l’organisation optique européenne ECOO, l’accent est mis sur la sécurité des patients. Il a également souligné que le ministère de la Santé et des Soins est préoccupé par le fait que moins d’étudiants choisiront des professions de la santé si la nouvelle technologie change trop les tâches :

  • Nous devons prendre les patients au sérieux et avoir une bonne éthique. Nous devons laisser les opticiens assumer la responsabilité qui leur incombe en tant que professionnels de la santé. N’oublions pas que nous faisons de la santé. On nous dit souvent par d’autres Européens que « la confiance est l’or du Nord ». Cette confiance ne doit pas être gaspillée par les opticiens !

Traduction de l’article « KUNSTIG INTELLIGENS HVOR FORT GAR DET? », par DAG ØYVIND OLSEN, OPTIKEREN N°6.

SiVIEW, faire disparaître l’IA au profit du professionnel de santé et du patient.

Dans le domaine de l’optique, notre solution SiVIEW révolutionne l’examen de vue en automatisant une partie du processus grâce à l’intelligence artificielle (IA). En tant qu’entreprise spécialisé dans la réfraction subjective nous comprenons l’importance de maintenir une relation de confiance avec les patients tout au long de cet examen technique.

SiVIEW a été conçu avec l’idée fondamentale que l’IA doit être un soutien, mais ne doit jamais remplacer l’expertise humaine. L’opticien reste au cœur du processus grâce à l’intégration d’une phraseologie détaillée qui guide les échanges avec le patient. Les réponses du patient sont entrées de manière intuitive dans le système, permettant à l’IA de calculer le meilleur test à dérouler et la correction la plus adaptée, tout en préservant le rôle essentiel de l’expert.

Nous sommes conscient que certains établissements optiques sont confrontés à un afflux important de patients. SiVIEW permet aux opticiens de réaliser rapidement un examen de vue sans faire de concession sur la qualité de l’acte technique. Notre approche est éthique. Elle consiste à offrir un outil d’aide, en permettant à l’opticien de rester maître de l’examen de vue ou de déléguer sereinement cette tâche si nécessaire. D’ailleurs SiVIEW l’a prouvé lors d’une récente étude clinique qui démontre que l’analyse des algorithmes est aussi précise que celle d’un expert évitant la fatigue que la répétition des examens pourraient causer.

Grâce aux rapports détaillés générés par SiVIEW, les opticiens peuvent non seulement analyser chaque cas en profondeur, mais également déléguer l’examen de vue et collaborer en partageant les informations avec leurs pairs. Comme le souligne Svein Tindlund, cela permet aux opticiens de gagner du temps sur les tâches répétitives et de se concentrer sur des corrections plus complexes qui nécessitent une prise en charge approfondie.

Déployée avec succès dans les pays nordiques, SiVIEW permet à nos clients scandinaves de réaliser plus de 1600 examens de vue chaque semaine. Dans un monde où l’intelligence artificielle est omniprésente, notre mission chez SiVIEW est de la rendre invisible, la plaçant au service des opticiens sans qu’ils perdent jamais le contrôle de leurs examens de vue.

Nos contenus sur le même sujet

À découvrir aussi :

Actualités

Miniature blog siview

Partager l'article :

Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn Send by email

Catégories

Événements

No results found.